clavier mécanique pièces détail

Construire un clavier mécanique, détail et conseils pièce par pièce

Si vous vous intéressez aux différents composants d’un clavier mécanique, c’est probablement parce que vous avez déjà pris connaissance des nombreux avantages que ce type de clavier peut vous apporter au quotidien, et que vous souhaitez en apprendre plus à son sujet.

Nous vous proposons donc d’apprendre ce qu’il y a dans un clavier mécanique. Au terme de cet article, vous devriez alors savoir quelles sont les pièces nécessaires pour construire un clavier mécanique.

 

Le circuit imprimé PCB

Le circuit imprimé (ou PCB) peut être considéré comme étant le cerveau d’un clavier. De lui dépend la taille de votre périphérique, ainsi que ses caractéristiques. Le PCB se place à l’intérieur du boîtier. C’est lui qui établit la communication entre les switches et votre ordinateur.

On distingue 3 principaux types de PCB : le standard, l’interchangeable à chaud, et le PCB à trou débouchant.

  • Le PCB standard : c’est celui utilisé par la majorité des claviers mécaniques. Sur ce modèle, les switches sont soudés sur le PCB. Le placement des touches y est très flexible.
  • Le PCB remplaçable à chaud : ici, les switches ne sont pas soudés, mais juste à enfoncer dans le circuit imprimé. Il est donc beaucoup plus facile de remplacer les interrupteurs sur ce type de PCB. Un circuit imprimé remplaçable à chaud permet également une configuration rapide et aisée. Solution la plus complète mais aussi la plus onéreuse, c'est notamment le cas de claviers haut de gamme comme le Rhizome DUO.
  • PCB à trou traversant : Ce type de clavier n’est pas des plus pratiques, car vous devez souder de nombreux composants, comme les résistances, les diodes, le contrôleur, le port USB, etc.

 

Le boîtier

Dans un clavier mécanique, le boîtier a pour rôle de maintenir tous vos composants ensemble, et de les protéger des éléments. Cet élément peut se décliner en divers matériaux avec des propriétés différentes. Il vous appartient donc de choisir celui qui vous sied le mieux.

Le boîtier en plastique

Le boitier en plastique est le plus fréquemment utilisé, étant donné que sa production est plus simple à réaliser, et est surtout moins onéreuse. L’option du plastique ABS est la plus courante. Ce type de boîtier est livré avec une plaque métallique pour le soutien de la structure de l’étui.

Ce matériau a cependant tendance à être instable et peu solide. Il convient cependant aux personnes au budget réduit et cherchant à avoir un clavier léger.

Le boîtier en aluminium

Le boîtier en aluminium a la particularité d’être beaucoup plus robuste et rigide. La qualité de l’aluminium utilisé a un grand impact sur la qualité du boîtier. Si vous souhaitez avoir un boîtier lourd, solide, esthétique et avec une allure très moderne, alors le boîtier en aluminium serait l’option à envisager.

Le boîtier en acrylique

Un boîtier en acrylique est réalisé à partir d’un plastique ayant les mêmes propriétés matérielles que le verre. Il s’agit donc d’un matériau léger, et qui a la particularité de laisser passer les effets de lumière à travers le boîtier.

Le boîtier en matériau naturel

Il est possible de trouver sur le marché des modèles de clavier réalisés dans des matériaux naturels, tel que le bambou par exemple. Robuste, esthétique et exotique, ce type de clavier permet de taper dans l’originalité, tout en demeurant écoresponsable.

 

La plaque

La plaque (ou « plate ») a pour rôle de maintenir l’ensemble dans un clavier mécanique. Cette structure permet également d’améliorer la qualité de construction de votre clavier. Cette plaque peut être en aluminium, en fibre de carbone, en laiton, en acier, etc. En fonction du matériau utilisé, la plaque peut donc être soit souple, soit rigide.

Une plaque rigide rend l’installation des switches plus aisée. Une plaque souple offre en revanche plus de souplesse lors de la frappe, ce qui rend l’utilisation du clavier plus agréable. Enfin, une plaque peut être déclinée en divers coloris, afin de rendre votre clavier plus esthétique.

 

Les stabilisateurs

Les stabilisateurs sont essentiels à votre clavier mécanique, car ils empêchent les grosses touches de vaciller. En équipant votre clavier de bons stabilisateurs, vous pourrez profiter d’une expérience de frappe optimale. Plusieurs options de montage sont disponibles pour les stabilisateurs. Ils peuvent donc être :

  • montés sur plaque : les stabilisateurs sont fixés à la plaque métallique au-dessus du circuit imprimé. C’est généralement le cas sur les claviers préfabriqués, mais l’expérience de frappe obtenue n’est pas optimale.
  • vissés : les stabilisateurs sont directement vissés dans le PCB. On obtient alors une expérience de frappe plus stable et plus sûre. C’est pourquoi cette option est la plus recommandée.
  • par snap-in : Les stabilisateurs s’enclenchent ici dans le PCB. La sensation est bonne, mais pas aussi agréable que celle procurée par les stabilisateurs à visser.

 

Les switches

Les switches sont fort probablement les éléments les plus importants dans un clavier mécanique. Par ailleurs, c’est sur ce composant que l’on retrouve le plus d’options sur le marché. Selon les mécanismes utilisés, les switches peuvent donner des sensations de frappe très différentes. Les différentes solutions sur le marché permettent alors à tout un chacun d’obtenir une sensation adaptée à ses besoins ou à ses goûts.

On distingue trois principaux types de switches : linéaire, tactile et clicky (ou cliquable)

  • Le switch linéaire : ce type de switch embarque un mécanisme qui permet de bénéficier d’une frappe régulière, douce et sans bruit.
  • Le switch tactile : cet interrupteur possède un petit cran qui oppose une petite résistance supplémentaire lorsqu’on appuie sur la touche, avant de céder. La sensation de frappe est alors plus tactile, plus mécanique, avec une légère vibration.
  • Le switch clicky : le switch clicky possède le même cran que sur le switch tactile, mais émet en plus un « clic » métallique caractéristique lorsqu’on appuie sur la touche. Le retour est donc à la fois tactile et sonore.

Vous devez donc choisir votre switch en fonction de vos préférences. Les switch sont généralement reconnaissables à leur couleur : rouge (Red) pour les switches linéaires, marron (Brown) pour les switches tactiles, et bleu (Blue) pour les switches clicky.

 

Les touches

Les touches sont elles aussi déclinées en une grande variété de profils, de designs et de matériaux. De même, leur prix peut considérablement varier, certains kits pouvant atteindre 200 dollars ! Il est toutefois possible d’en trouver à des prix bien plus accessibles, dans des matériaux beaucoup plus modestes, mais tout à fait fonctionnels.

  • Le profil : celui-ci désigne la forme générale des capsules de touches. Ces dernières peuvent être soit uniformes, soit sculptées.
  • Le design : Il est important de ne pas confondre « profil » et « design ». Le design fait ici référence à la couleur des capuchons. Sur le marché, vous trouverez différentes couleurs, différents motifs. Vous trouverez assurément un design adapté au reste de votre clavier, et parfaitement adapté à vos goûts.
  • Le matériau : en général, les capuchons de touches sont en plastique PBT ou ABS. Le PBT est plus recommandé, car plus durable. Il est d’ailleurs considéré comme étant un plastique haut de gamme.
  • La méthode de fabrication : On peut distinguer quelques méthodes de fabrication, dont la gravure au laser, le tir simple, le tir double, la sublimation thermique, etc.

Avec autant d’éléments et de possibilités de personnalisation, vous pouvez donc tout à fait vous faire construire un clavier mécanique parfaitement adapté à vos besoins et à votre goût. Vous pouvez également trouver sur le marché le clavier mécanique idéal pour vous, que celui-ci soit dans un style classique, ou résolument moderne, ou plutôt exotique.